Apprendre les langues arabe et française
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : ...
Voir le deal
14.50 €

Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

5 participants

Page 45 sur 48 Précédent  1 ... 24 ... 44, 45, 46, 47, 48  Suivant

Aller en bas

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité Ven 3 Mai - 19:22


إيه .. طيّب. اسمع ما سأقوله أمّا العمل بالزراعة فهذا مالا أحتاجه عندي مزارعون. لكن إذا رغبت في تكسير الصخور فلا مانع الأرض مليئة بالصّخور وأنا أفكر باقتلاعها والاستفادة من مكانها
-"D’accord... Écoute bien ce que je vais de te dire. Pour le travail agricole, de cela je n’en ai pas besoin. J'ai déjà des paysans. Toutefois si tu veux travailler comme tailleur de pierres, aucun souci. Le terrain est plein de rochers. Je pense à les faire retirer pour exploiter sa surface.
La phrase me paraît un peu bancale. Je dirais plutôt : pour ce qui est du travail de la terre, je n'en ai pas besoin : j'ai déjà des agriculteurs (je ne sais pas si ça sonne trop moderne ?).
Mais si tu veux travailler la pierre/être tailleur de pierre (c'est plus léger ainsi non ?).
Mon terrain (je suppose que c'est le sens ? pas sûr) est couvert de rochers, et je songe à les enlever pour l'exploiter.


إذاً اتفقنا على الأمر الأوّل بقي الأمر الثاني
-Puisque nous sommes d’accord pour cette première clause, voyons la seconde.
Pourquoi puisque ? Le tanwin me dérange pour un "puisque". Je comprends plutôt : alors nous sommes d'accord sur cette première affaire, il nous reste la deuxième.


الأجر أنا أدفع للعامل ديناراً ذهبياً كل أسبوع فهل يوافقك هذا المبلغ ؟
- Le salaire. Je donne aux ouvriers un dinar en or chaque semaine. Est-ce-que ce montant te va ?"
Ne dirait-on pas plutôt un dinar d'or ?
Est-ce que ce montant te va = ou aussi, "te convient"


حكّ الفلاّح رأسه مفكراً قال
Le paysan se gratta la tête en réfléchissant et dit :
Je pense que l'usage en français est inverse : on dirait plutôt qu'il réfléchit en se grattant la tête.


وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق : كرسيّه الوثير ثمّ قال
Dès que le sultan constata que le mouchoir était le contrat, il se mit à
rire au point qu'il faillit tomber de son trône, puis il dit :
Je ne trouve pas la partie "constatat que c'était le contrat" ?
Je lis : à la vue du mouchoir, le sultan partit aussitôt dans un éclat de rire qui manqua de le faire tomber de son trône confortable, puis il dit

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité Ven 3 Mai - 20:22

أحمق مؤكد ! أنك أحمق
Idiot certifié ! Tu es stupide !"

Je dirais plutôt : un idiot, assurément ! tu es un idiot !
Certifié paraît étrange, surtout dans la bouche d'un sultan. Je pense aussi qu'il vaut mieux répéter le même mot, comme c'est le cas en arabe, car utiliser deux insultes différentes rend la phrase française trop offensante et méprisante par rapport à l'arabe.


لمس السّلطان جِدِّيَّةً كلام الفلاّح فاستوى في جلسته وقال
Le sultan fut touché par le sérieux des propos du paysan. Il regagna alors son trône et dit :
D'après ce que je comprends, il n'a jamais quitté son trône. Il se redresse simplement sur son trône, il se remet d'aplomb.

وبعد أسبوع لكل حادث حديث‏
En fin de semaine, pour chaque incident, il y aura des avertissements
En fait "li kulli hâdith hadîth" est une expression figée, qui veut dire "on verra (au moment opportun)".
Ici, cela signifie donc qu'ils feront le point à la fin de la semaine. C'est-à-dire qu'il reste intrigué par le mode de payement mais ne souhaite plus en parler pour l'instant, donc "on verra à la fin de la semaine combien je te payerai".


أمسك الفلاّح الفأس بزندين فولاذيين
Le paysan empoigna le marteau.
Quel est ce mot en rouge ?


مشى باتجاه الصّخور بخطا واثقة نظر إليها نظرة المتحدِّي
Il se dirigea vers les rochers d'un pas assuré et le regard déterminé à la vue du défi.
Je ne pense pas que ce soit ça. C'est plutôt (...) d'un pas assuré, et leur [aux rochers] lança un regard de défi.


.ثمّ وببسالة الباشق هوى عليها بمطرقته فتفتّتت تحت تأثير ضرباته العنيفة متحوّلة إلى حجارة صغيرة
Ensuite, et avec hardiesse, il se mit à marteler violemment la roche qu'il réduisait en petits cailloux.
Le sens général y est, mais il me semble que la traduction est lacunaire. Les images de l'original on disparu.
Bashiq désigne un épervier, et l'action du paysan est comparée à l'épervier qui fond sur sa proie et la martèle de son bec jusqu'à avoir raison d'elle.
La traduction complète (un essai en tout cas) : puis, avec la hardiesse de l'épervier, il abattit son marteau sur la roche, qui se brisa en morceaux sous la violence des coups qui n'en laissèrent plus que des cailloux.


وكلّما نزَّل من جبينه عرق الجهد والتعب أخرج منديله الصّغير ومسحه.‏
Chaque fois que des gouttes de sueur coulaient de son front par ce travail et la fatigue, il sortait son petit mouchoir et s'essuyait.
Là encore, l'original comporte une figure de style qu'il est dommage d'ignorer dans la traduction.
Chaque fois que sueur de l'effort et de la fatigue perlait sur son front, il sortait son petit mouchoir pour s'éponger.


"عافاك الله أيُّها الفلاّح لقد عملت بإخلاص، هاتِ منديلك كي أزنه لك"
"Qu'Allah te purifie ! Tu as travaillé sérieusement. Apporte-moi ton mouchoir pour le peser".


امتعض
Il se mit en colère,
Je pense que ce n'est pas aussi fort. Je dirais plutôt : il s'en agaça (il n'est pas encore vraiment furieux). Ou, pour lier la phrase d'après : "Agaçé, il enleva etc."


احتار طلب من الحاجب منديلاً غمسه في الماء ووضعه مكان منديل الفلاّح فرجحت‏ كفّة الدّينار
Le sultan demeura perplexe. Il demanda au trésorier un mouchoir trempé et le posa sur le plateau où était le mouchoir du paysan. Là, la balance pencha vers le dinar.
Ou mieux peut-être : un mouchoir imbibé/gorgé d'eau.


زَفَرَ نظر إلى الفلاّح غاضباً قال‏
Le sultan poussa un long soupir. Il regarda en colère en direction du paysan et dit :
Ou : il posa un regard courroucé sur le paysan, et dit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité Ven 3 Mai - 20:53


"أفّما سرّ منديلك ؟ أهو مسحور ؟ ظننت أن الميزان خَرب لكن وزنه لمنديل الماء صحيح"
"Quel est donc le secret de ton mouchoir ? Est-il magique ? J'ai pensé un instant que la balance était détraquée, mais le poids pour un mouchoir mouillé est normal".
Je pense que détraqué ne convient pas, c'est trop familier : je pensais que la balance était abîmée, cassée, déréglée, mais le poids qu'elle indique pour le mouchoir imbibé est normal.


وشرع السلطان يزن المنديل من جديد
Le sultan exigea que l’on pèse à nouveau le mouchoir.
Non, shara3 + verbe = se mettre à, entreprendre de. C'est le sultan lui-même qui pèse le mouchoir.
Donc : le sultan entreprit de repeser le mouchoir.


"ماذا يُحْدَثُ ؟ أيُعَقَّلُ هذا عشرة ؟ عشرة دنانير !؟"
-"Que se passe-t-il ? Est-il possible d’avoir une explication à ces dix dinars ? Dix dinars ?!"
Je m'étonne du wazn indiqué pour le verbe... j'aurai lu "ya3qil" pas "yu3aqqil". As-tu une explication à cela ? ;)


"تُكَلِّمَ أيُّها المَعْتُوه اِعْتَرَفَ من سحر لك هذا المنديل"
-"Avoue qu’il y a quelque chose d'anormal là-dedans. Ce mouchoir a montré sa magie, à ton profit".
Ce n'est pas ce que je comprends.
Je lis : parle, espèce de fou ! Avoue, qui a ensorcelé ce mouchoir pour toi ?


أَصْلَحَ الله مولاي السلطان. القصّة ليست قصّة سحر فأنا لا أؤمن به القصّة باِخْتِصَار هي أنّ الرّجل عندما يعمل عملاً شريفاً. يَهْدُفُ مِنْ وَرَائَهُ إِلَى اللُّقْمَةِ الطَّاهِرَةِ. ينزّ جبينه عرقاً. هذا العرق يكون ثقيلاً أثقل من الماء بكثير
-"C’est Allah qui rétablit la vérité, mon Protecteur le Puissant. Il n’y a pas de magie dans cette histoire, et je ne suis pas une personne à croire à ces choses-là. Cette histoire, pour faire court, c’est qu’un homme acquière de ce qu’il œuvre honorablement. Il vise en retour une juste rétribution. Son front dégouline de sueur. Cette sueur est lourde, beaucoup plus lourde que l’eau.
Plusieurs remarques :
-Je ne pense pas que la première partie soit correcte. Asla7a = faire prospérer, pacifier, apporter la bonne fortune (à quelqu'un). Je comprends : Que Dieu accorde la prospérité à sa Majesté le Sultan.
-je ne suis pas homme à croire à ce genre de choses (alternative)
-Cette histoire est que... me semble maladroit. Je propose : Disons, pour faire court, qu'un homme etc.
-Oeuvrer n'est pas transitif en français (sauf dans des expressions techniques qui ne nous concernent pas ici). On n'oeuvre pas quelque chose. Je sais que cet usage fautif parsème la traduction française du Coran distribué par l'ambassade d'Arabie Saoudite (je ne me souviens plus de son nom) mais bon...
-La traduction me semble mal découpée au niveau de ses diverses propositions. J'ai mis en bleu la partie qui à mon sens constitue un bloc indivisible. Je crois que la ponctuation est erronée, on ne peut pas s'y fier.
Ma proposition : lorsque l'on s'adonne à un travail honorable comme source de revenus honnêtes/ pour ainsi gagner son pain en toute honnêteté, alors on a le front qui dégouline de sueur. Cette sueur, etc.


." واقصد أهلك غانما
et retrouve ta famille devenue riche".
Je crois que c'est plutôt le sens de "rentre à bon port". L'expression telle que je la connais est ghaniman saliman qui est l'exact équivalent de "à bon port" (arriver à bon port), ou arriver sain et sauf, entier, etc.

Voili voilà. J'espère que mes remarques étaient utiles et n'hésitez pas à corriger mes erreurs si vous en voyez, merci.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité Ven 3 Mai - 22:55

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته


Merci pour ces remarques !

Filaosalpinias a écrit:

وذات موسم انحبس المطر‏
Quand vint la saison de la mousson, la pluie ne fut pas au rendez-vous.

Peut-on vraiment parler de mousson dans un pays arabe ? Je crois que la mousson concerne plutôt les régions tropicales.

L'Inde connait la mousson, et l'Islam. Difficile de parler d'agriculture dans les déserts arabes, voire même de mousson ! ^^

Nous avons l'étymologie du mot mousson ici.

monsoon (n.) Look up monsoon at Dictionary.com
1580s, "trade wind of the Indian Ocean," from Dutch monssoen, from Portuguese monçao, from Arabic mawsim "time of year, appropriate season" (for a voyage, pilgrimage, etc.), from wasama "he marked." When it blows from the southwest (April through October) it brings heavy rain, hence "heavy episode of rainfall during the rainy season" (1747).


Il n'est pas question de récolte, puisque la récolte ne se fait pas pendant la saison des pluies. Le mot pluie suit ce terme dans le texte.


D'autre part il me semble que mawsim peut aussi avoir le sens de "récolte" ou de saison de culture plus généralement, non ? Ici je pense qu'il ne s'agit pas de la saison des pluies mais plutôt de la saison de culture.
Donc je dirais : cette année-là, la pluie se fit rare (ou la pluie n'était pas au RV, très bien aussi je trouve).

Difficile de traduire ici. Le verbe حَبَسَ est sous la forme VII : bloquer complètement.

Cette phrase indique qu'il était attendu la pluie.

Filaosalpinias a écrit:

فحزن الفلاَّح وكان قد بذر الحب ،فتوجَّه إلى حقله العطشان ناظراً إلى الغيم، منشدا
Ayant semé, le paysan, dépité, se dirigeait vers son champs assoiffé en regardant les nuages et en chantant :

Je crois que le début de la phrase est plus précis que ça. Je le comprends ainsi : le paysan était dépité CAR il avait déjà semé son champ (le waw ici à mon avis exprime plutôt la cause). Corrigez-moi si je me trompe.
Je dirais : le paysan s'en chagrina car il avait semé son champ.

Oui, il y a un point que nous n'avions pas noté : وكان قد بذر الحب est un حال et donc, accompagne en tant que gérondif le verbe فحزن :

Ayant semé, le paysan s'en trouva dépité.

فتوجَّه إلى حقله العطشان
La sécheresse était manifeste dans son champ.

Le verbe est à la forme II (factitive, qui fait faire). Le sujet du verbe est العطشان.

Filaosalpinias a écrit:

أسعى ألا ترين أنّ الأرض قد تشقّقت لكثرة العطش
-Je travaille ! Ne vois-tu pas que la terre s'est craquelée à cause d'une importante sécheresse.

Il me semble que le style est trop éloigné de l'arabe. Ce genre de phrase en français correspond plus à un bulletin d'information, on n'y retrouve pas l'émotion du paysan dépité.
Je dirais : Ne vois-tu pas que la terre a tellement soif qu'elle est toute craquelée ? Ou alternative similaire...

Oui, ça colle mieux au texte arabe.

Filaosalpinias a écrit:
وحش ne veut pas toujours dire monstre, ça désigne également tout type d'animal sauvage.

Bête féroce suffirait. Oui, on n'est pas dans un conte fantastique comme je le pensais en début de traduction. Et oui, même n'est pas utile.

Filaosalpinias a écrit:
À peine s'approcha-t-il du palais que le garde
...

Oui, c'est bien mieux !


Je pense que صاحب ici veut juste dire propriétaire.

De la racine, nous avons le sens de compagnonnage. C'est une relation qui est exprimée, une affiliation, et non réellement une possession. Souverain évoque ces deux sens.

Filaosalpinias a écrit:
il fit signe au garde de faire entrer l'homme.

C'est plus concis.

Filaosalpinias a écrit:
Salutations à l'honorable Sultan

Oui !


وما هي مهنتك ؟

Un métier = discipline. Ce terme évoque l'habilité, la manière. On pourrait voir le sen de métier. Étrange proximité phonétique : mét-i-er et mih-t.
C'est un autre sujet, mais les langues européennes sont autant d'origine indienne que sémite.

Filaosalpinias a écrit:
La phrase me paraît un peu bancale. Je dirais plutôt : pour ce qui est du travail de la terre, je n'en ai pas besoin : j'ai déjà des agriculteurs (je ne sais pas si ça sonne trop moderne ?).
Mais si tu veux travailler la pierre/être tailleur de pierre (c'est plus léger ainsi non ?).
Mon terrain (je suppose que c'est le sens ? pas sûr) est couvert de rochers, et je songe à les enlever pour l'exploiter.

Ici, tu dis quasi exactement la même chose.

Filaosalpinias a écrit:

إذاً اتفقنا على الأمر الأوّل بقي الأمر الثاني
-Puisque nous sommes d’accord pour cette première clause, voyons la seconde.

Pourquoi puisque ? Le tanwin me dérange pour un "puisque". Je comprends plutôt : alors nous sommes d'accord sur cette première affaire, il nous reste la deuxième.

Nous avons un problème de grammaire ici. C'est à approfondir. Au cas où on prendrait alors, nous devons utiliser alors si. Nous avons une protase et apodose (شرط), ce que ne reflète pas ta traduction.

Filaosalpinias a écrit:
Est-ce que ce montant te va = ou aussi, "te convient"

Oui, c'est mieux.

Filaosalpinias a écrit:
Je pense que l'usage en français est inverse : on dirait plutôt qu'il réfléchit en se grattant la tête.

C'est un gérondif. Lequel est le plus proche de l'autre : 1 = 1 ? Il y a simultanéité.

Filaosalpinias a écrit:

وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق : كرسيّه الوثير ثمّ قال
Dès que le sultan constata que le mouchoir était le contrat, il se mit à rire au point qu'il faillit tomber de son trône, puis il dit :

Je ne trouve pas la partie "constata que c'était le contrat" ? Je lis : à la vue du mouchoir, le sultan partit aussitôt dans un éclat de rire qui manqua de le faire tomber de son trône confortable, puis il dit...

Le voilà : مشاهدة. De racine شهد témoigner que tu traduis par à la vue. Y a-t-il une meilleure traduction ? Constatant que...


أحمق مؤكد ! أنك أحمق

Oui, assurément colle mieux en français.

Filaosalpinias a écrit:
D'après ce que je comprends, il n'a jamais quitté son trône. Il se redresse simplement sur son trône, il se remet d'aplomb.

Délicate traduction ici. استوى signifie selon certains savants "contrôler et gérer". D'après moi, il n'est pas question de se redresser mais de prendre possession des commandes. Il s'arrête de rire et reprend son sérieux : il redevient Sultan.


وبعد أسبوع لكل حادث حديث‏

Oui, très bien ! En français, il nous faudra un : En fin de semaine, on verra tout ça (ou On fera le compte).

Filaosalpinias a écrit:

أمسك الفلاّح الفأس بزندين فولاذيين

Le paysan empoigna le marteau. Quel est ce mot en rouge ?

C'est un matériau : فُولاذ (acier). Étrange qu'il soit au pluriel.

Filaosalpinias a écrit:

مشى باتجاه الصّخور بخطا واثقة نظر إليها نظرة المتحدِّي
Il se dirigea vers les rochers d'un pas assuré et le regard déterminé à la vue du défi.

Je ne pense pas que ce soit ça. C'est plutôt (...) d'un pas assuré, et leur [aux rochers] lança un regard de défi.

Oui, mais en français, défier des objets du regard, c'est un peu bizarre. Ma traduction jongle entre les deux langues. On peut encore trouver mieux.


ثمّ وببسالة الباشق هوى عليها بمطرقته فتفتّتت تحت تأثير ضرباته العنيفة متحوّلة إلى حجارة صغيرة
Ensuite, et avec hardiesse, il se mit à marteler violemment la roche qu'il réduisait en petits cailloux.

Même problème ici : l'épervier ne rentre pas dans une expression française. Nous pourrions dire "à la manière d'un épervier".

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Key_art_woody_woodpecker_new

Tu connais ? Je pense que nous devons garder le mot marteau piqueur.


Chaque fois que gouttes de sueur de l'effort et de la fatigue perlait sur son front, il sortait son petit mouchoir pour s'éponger.

C'est la phrase arabe qui est un peu bizarre. Dire "gouttes de la fatigue" ?!

Filaosalpinias a écrit:

امتعض

Je dirais plutôt : il s'en agaça

Oui.

Filaosalpinias a écrit:

زَفَرَ نظر إلى الفلاّح غاضباً قال‏
Le sultan poussa un long soupir. Il regarda en colère en direction du paysan et dit :

Ou : il posa un regard courroucé sur le paysan, et dit...

Très bien !

Filaosalpinias a écrit:
Je pense que détraqué ne convient pas, c'est trop familier : je pensais
que la balance était abîmée, cassée, déréglée, mais le poids qu'elle
indique pour le mouchoir imbibé est normal.

C'est du registre familier lorsqu'il s'agit d'individu, mais pas pour les objets.

Filaosalpinias a écrit:

وشرع السلطان يزن المنديل من جديد
Le sultan exigea que l’on pèse à nouveau le mouchoir.

Non, shara3 verbe = se mettre à, entreprendre de. C'est le sultan lui-même qui pèse le mouchoir.
Donc : le sultan entreprit de repeser le mouchoir.

C'est un sujet passionnant, et qui concerne le domaine de la législation et la grammaire. Vois le sens : http://www.almaany.com/home.php?language=french&word=شرع&lang_name=Arabe&type_word=2&dspl=0

Il y a peu de doute que ce soit exiger dans notre cas.

Filaosalpinias a écrit:
"ماذا يُحْدَثُ ؟ أيُعَقَّلُ هذا عشرة ؟ عشرة دنانير !؟"
-"Que se passe-t-il ? Est-il possible d’avoir une explication à ces dix dinars ? Dix dinars ?!

"Je m'étonne du wazn indiqué pour le verbe... j'aurai lu "ya3qil" pas "yu3aqqil".

Je ne sais pas. C'est la forme II du verbe : faire faire = donner une explication (faire expliquer).

Filaosalpinias a écrit:

تُكَلِّمَ أيُّها المَعْتُوه اِعْتَرَفَ من سحر لك هذا المنديل"
-"Avoue qu’il y a quelque chose d'anormal là-dedans. Ce mouchoir a montré sa magie, à ton profit".

Ce n'est pas ce que je comprends.
Je lis : Parle, espèce de fou ! Avoue, qui a ensorcelé ce mouchoir pour toi ?

Pourquoi associer le pronom ها à l'homme et non au mouchoir ? Je comprends : parle, de ce mouchoir malsain, mais il manquerait une préposition (من ou عن).


أَصْلَحَ الله مولاي السلطان
Que Dieu accorde la prospérité à sa Majesté le Sultan.

Oui !


أنّ الرّجل عندما يعمل عملاً شريفاً
lorsque l'on s'adonne à un travail honorable comme source de revenus
honnêtes/ pour ainsi gagner son pain en toute honnêteté, alors on a le
front qui dégouline de sueur. Cette sueur, etc.

Voilà encore une possibilité : Cette histoire, pour faire court, est l'histoire d'un homme qui acquière par un travail honnête...

Ce terme évoque l'intention, la finalité, mais en même temps, le contact, le toucher, la proximité. Voilà pourquoi re-trouver. Dans le contexte, à bon port semble un peu étrange.


Nous avons fait ce travail en plusieurs semaines. Merci pour tes remarques, et ton temps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité Ven 3 Mai - 23:36

De rien, c'était intéressant et j'ai appris du vocabulaire nouveau.

Je voulais revenir sur certains points dont je suis à peu près certain, et qu'il me paraît important de clarifier.


فتوجَّه إلى حقله العطشان
La sécheresse était manifeste dans son champ.

Le verbe est à la forme II (factitive, qui fait faire). Le sujet du verbe est العطشان.
Tu es parti sur une fausse piste.
Tawajjaha ila est un verbe très courant qui signifie "se diriger vers". Ca vient de wajh (face), d'où wajjaha (forme II) = orienter quelque chose, et son équivalent réflexif tawajjaha = s'orienter, se diriger (ila = vers).
Quant à 3atshan, c'est un adjectif sur le modèle fa3lan.
Donc : il se dirigea vers le champ assoiffé.


Je pense que صاحب ici veut juste dire propriétaire.


De la racine, nous avons le sens de compagnonnage. C'est une relation qui est exprimée, une affiliation, et non réellement une possession. Souverain évoque ces deux sens.
Certes mais les significations ne peuvent pas toujours être rapportées directement aux racines : elles évoluent. Or Sahib peut certes vouloir dire compagnon, mais quand il est en annexe avec un objet matériel, il a toujours le sens de possesseur, propriétaire (= compagnon de l'objet, voilà l'idée).
Propriétaire d'un appartement = صاحب شقة
Le propriétaire de la maison = صاحب البيت
Si tu n'es pas convaincu, je t'invite à consulter n'importe quel dictionnaire papier (attention aux dictionnaires en ligne).
إذاً اتفقنا على الأمر الأوّل بقي الأمر الثاني
-Puisque nous sommes d’accord pour cette première clause, voyons la seconde.
Pourquoi puisque ? Le tanwin me dérange pour un "puisque". Je comprends plutôt : alors nous sommes d'accord sur cette première affaire, il nous reste la deuxième.
Nous avons un problème de grammaire ici. C'est à approfondir. Au cas où on prendrait alors, nous devons utiliser alors si. Nous avons une protase et apodose (شرط), ce que ne reflète pas ta traduction.
A mon avis il n'y a pas d'apodose, il y a simplement un problème de ponctuation :) il devrait y avoir un point ou une virgule après "awwal" et avant "baqiya".
En fait soit le mot est إذا sans tanwin ce qui est le "si" introduisant une condition, soit c'est un إذاً avec tanwin qui signifie juste "alors, donc, par conséquent, puisque c'est ainsi, ainsi donc, etc." et qui exprime un constat ou un bilan.

Ici le tanwin apparaît au dessus de l'alif, voilà pourquoi la traduction la plus correcte serait ici alors, donc, ainsi.

وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق : كرسيّه الوثير ثمّ قال
Dès que le sultan constata que le mouchoir était le contrat, il se mit à rire au point qu'il faillit tomber de son trône, puis il dit :
Je ne trouve pas la partie "constata que c'était le contrat" ? Je lis : à la vue du mouchoir, le sultan partit aussitôt dans un éclat de rire qui manqua de le faire tomber de son trône confortable, puis il dit...
Le voilà : مشاهدة. De racine شهد témoigner que tu traduis par à la vue. Y a-t-il une meilleure traduction ? Constatant que...
Mushahada exprime simplement l'idée d'observer quelque chose sous ses yeux. Un téléspectateur, quelqu'un qui regarde la télévision, est un مشاهد (pour te donner un exemple).

Ca ne pourrait pas être "constatant que" puisque mushahada dans cette phrase n'est suivi que d'un nom et non pas d'une proposition.
La première partie comporte deux segments : وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك
Littéralement = et dès/la vision/du sultan [comprendre : par le sultan] / du mouchoir, il se mit / à rire

D'après ce que je comprends, il n'a jamais quitté son trône. Il se redresse simplement sur son trône, il se remet d'aplomb.
Délicate traduction ici. استوى signifie selon certains savants "contrôler et gérer". D'après moi, il n'est pas question de se redresser mais de prendre possession des commandes. Il s'arrête de rire et reprend son sérieux : il redevient Sultan.
Attention à ne pas confondre les considérations des savants concernant des expressions coraniques d'une part, et l'arabe littéraire non-coranique d'autre part.
Les savants se sont penchés sur le sens coranique de istawa justement parce littéralement استوى على العرش signifierait que Dieu s'est redressé sur son trône, ce qui est une affirmation difficilement compréhensible et qui nécessite donc une interprétation.
Dans l'arabe non-coranique, استوى على est un verbe assez courant qui peut s'utiliser pour parler de se mettre d'aplomb sur un siège, un cheval, ou se redresser tout simplement.


Chaque fois que gouttes de sueur de l'effort et de la fatigue perlait sur son front, il sortait son petit mouchoir pour s'éponger.
C'est la phrase arabe qui est un peu bizarre. Dire "gouttes de la fatigue" ?!
Ce n'est pas bizarre, c'est juste une figure de style. N'oublie pas que c'est un texte littéraire et un peu poétique.


C'est un sujet passionnant, et qui concerne le domaine de la législation et la grammaire. Vois le sens : http://www.almaany.com/home.php?language=french&word=شرع&lang_name=Arabe&type_word=2&dspl=0

Il y a peu de doute que ce soit exiger dans notre cas.
Non, tu fais erreur, je peux t'en assurer.
شرع في suivi d'un nom et شرع suivi d'un verbe à l'inaccompli ont le sens d'entamer/entreprendre (une action). C'est un usage très fréquent que tu retrouveras dans les romans, les journaux, à la télé si tu écoutes al-Jazira... on l'entend plusieurs fois par jours quand on écoute les nouvelles, je parle d'expérience ;)
Ici c'est bel et bien le sultan qui pèse lui-même le mouchoir, il n'exige de personne d'autre qu'elle le fasse.

D'ailleurs si tu observes bien la phrase : وشرع السلطان يزن المنديل من جديد
Il serait impossible que ce soit "exiger", puisque le verbe suivant est يزن (=il pèse) qui est à la troisième personne de l'inaccompli sans nouveau sujet (donc le sujet est forcément le précédent, à savoir le sultan : c'est donc lui qui pèse). Il n'y a donc pas d'autre interprétation possible.


"Je m'étonne du wazn indiqué pour le verbe... j'aurai lu "ya3qil" pas "yu3aqqil".
Je ne sais pas. C'est la forme II du verbe : faire faire = donner une explication (faire expliquer).
Justement, n'est-il pas possible qu'il y ait faute de frappe ?

تُكَلِّمَ أيُّها المَعْتُوه اِعْتَرَفَ من سحر لك هذا المنديل"
-"Avoue qu’il y a quelque chose d'anormal là-dedans. Ce mouchoir a montré sa magie, à ton profit".
Ce n'est pas ce que je comprends.
Je lis : Parle, espèce de fou ! Avoue, qui a ensorcelé ce mouchoir pour toi ?
Pourquoi associer le pronom ها à l'homme et non au mouchoir ? Je comprends : parle, de ce mouchoir malsain, mais il manquerait une préposition (من ou عن).
Il n'y a pas de pronom 'ha' ici. أيُّها est une marque d'adresse similaire à يا et qui d'ailleurs l'accompagne.
Je te renvoie à la sourate al-kafirun qui commence par cette particule (ya ayyuha al kafirun). C'est la même chose ici.

Voili voilà. Pour finir, si je peux me permettre un conseil : attention aux racines. Elles sont certes utiles pour comprendre le concept général duquel dérivent beaucoup de mots, mais elles peuvent souvent être trompeuses, et il faut toujours tenir compte des glissements de sens entre la racine et ses dérivés. Je vois que tu te réfères toujours à la racine pour connaître le sens des mots, ce qui semble avoir été pour toi source d'incompréhension à trois reprises. Il vaut mieux prendre connaissance de l'idée générale de la racine, et ensuite vérifier comment le dérivé dont tu veux connaître le sens est utilisé en contexte.

En espérant avoir été utile avec ces précisions. J'ajoute être certain de ce que j'avance, donc au cas où tu ne serais pas convaincu ou aurais encore des doutes, je t'invite à consulter un professeur ou quelqu'un de qualifié (contrairement à moi).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

present - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 45 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 45 sur 48 Précédent  1 ... 24 ... 44, 45, 46, 47, 48  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum