Le deal à ne pas rater :
Nike : jusqu’à 50% de remise sur le running
Voir le deal

Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Page 46 sur 48 Précédent  1 ... 24 ... 45, 46, 47, 48  Suivant

Aller en bas

arabe - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 46 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité le Sam 4 Mai - 1:07

Filaosalpinias a écrit:
فتوجَّه إلى حقله العطشان
La sécheresse était manifeste dans son champ.

Le verbe est à la forme II (factitive, qui fait faire). Le sujet du verbe est العطشان.

Tu es parti sur une fausse piste.... Quant à 3atshan, c'est un adjectif sur le modèle fa3lan.
Donc : il se dirigea vers le champ assoiffé.

C'est discutable, mais c'est plus prudent de garder ce que tu dis.

Oui, j'ai cru un instant que العطشان était un nom d'action, et non un épithète (c'est ce point de grammaire qui est discutable), et que توجَّه était la forme II, alors que c'est la forme V.

Filaosalpinias a écrit:

De la racine, nous avons le sens de compagnonnage. C'est une relation qui est exprimée, une affiliation, et non réellement une possession. Souverain évoque ces deux sens.

Certes mais les significations ne peuvent pas toujours être rapportées directement aux racines : elles évoluent. Or Sahib peut certes vouloir dire compagnon, mais quand il est en annexe avec un objet matériel, il a toujours le sens de possesseur, propriétaire (= compagnon de l'objet, voilà l'idée).
Propriétaire d'un appartement = صاحب شقة
Le propriétaire de la maison = صاحب البيت
Si tu n'es pas convaincu, je t'invite à consulter n'importe quel dictionnaire papier (attention aux dictionnaires en ligne).

J'utilise une quinzaine de dictionnaires, et je crois que mes études sémantiques pourraient te passionner.

Relis mes propos, et vois qu'on dit la même chose. Vois aussi l'exégèse de la sourate L'éléphant : https://arabeclassique.forumactif.com/t961-compagnon-companion?highlight=compagnon

Propriétaire et avoir en propriété se dit ملك.

Filaosalpinias a écrit:

إذاً اتفقنا على الأمر الأوّل بقي الأمر الثاني
-Puisque nous sommes d’accord pour cette première clause, voyons la seconde.

A mon avis il n'y a pas d'apodose, il y a simplement un problème de ponctuation :) il devrait y avoir un point ou une virgule après "awwal" et avant "baqiya".
Ici le tanwin apparaît au dessus de l'alif, voilà pourquoi la traduction la plus correcte serait ici alors, donc, ainsi.

Oui, on en avait parlé avec Zaïneb (dans ce cas là...). Pensons à ouvrir un sujet sur ce point de grammaire.

Filaosalpinias a écrit:

وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق : كرسيّه الوثير ثمّ قال

Le voilà : مشاهدة. De racine شهد témoigner que tu traduis par à la vue. Y a-t-il une meilleure traduction ? Constatant que...

Mushahada exprime simplement l'idée d'observer quelque chose sous ses yeux. Un téléspectateur, quelqu'un qui regarde la télévision, est un مشاهد (pour te donner un exemple).

Ca ne pourrait pas être "constatant que" puisque mushahada dans cette phrase n'est suivi que d'un nom et non pas d'une proposition.

À la vue, il n'est question ni de بصر ni de رأى.

Tu vois bien que مشاهد ne reflète pas à la vue de. Pas de préposition. Donc, il faut reformuler en français : constatant que = à la vue de... . Constater est plus proche sémantiquement, et à la vue de est une formule courante avec le même sens.

Attention aux usages des mots, et leurs extensions, et pire, les traductions.
شهد signifie essentiellement constater (attester, témoigner), et à la vue de n'est pas une extension du mot arabe. Beaucoup d'apprenants de l'arabe tombent dans ce genre de confusion, imprimant le "penser français" sur des mots arabes. D'où la nécessité de connaître la racine et son sens.

Filaosalpinias a écrit:

Délicate traduction ici. استوى signifie selon certains savants "contrôler et gérer". D'après moi, il n'est pas question de se redresser mais de prendre possession des commandes. Il s'arrête de rire et reprend son sérieux : il redevient Sultan.

Attention à ne pas confondre les considérations des savants concernant des expressions coraniques d'une part, et l'arabe littéraire non-coranique d'autre part.

Une poule ne donne pas un poisson. Et tu te trompes ; ce n'est pas à cause des racines mes erreurs de traduction, je te l'ai prouvé pour شهد, mais la syntaxe.

Ce n'est pas recevable ce que tu dis là. Il y a un mot, une racine. C'est comme de dire qu'il n'y a pas qu'1 Dieu, mais plusieurs Dieux pour plusieurs contextes. Un rappel :


بسم اللّه الرحمـٰن الرحيم

مِّنَ الَّذِينَ هَادُوا يُحَرِّفُونَ الْكَلِمَ عَن مَّوَاضِعِهِ


Il en est parmi les Juifs qui détournent les mots de leur sens, ...

[سورة النساء 4.46]
C'est une catastrophe au niveau de la religion, mais aussi du point de vue séculier. Comment se comprendre si chacun applique un sens différents ?

Attention qu'il y ait pas un arabe pour les maghrébins, un autre pour les arabes du 12ème siècle et un autre pour les poètes, un autre pour les savants exégètes, et un autre pour Dieu ? C'est du "shirk" linguistique où chacun fait ce qu'il veut, apportant son sens (totem) à côté du vrai sens. On peut parler des extensions d'un mot, mais restant dans le champ sémantique de la racine, sans se déconnecter.

C'est un gros et lourd sujet.


Il faut avoir une méthode pour traduire, bien identifier la langue source, et ne pas considérer la traduction comme racine et sens. Exemple : رأى est traduit par voir mais ce dernier ne signifie pas رأى. Donc il ne faut pas partir de "voir" pour comprendre les dérivés de رأى.

Filaosalpinias a écrit:
Les savants se sont penchés sur le sens coranique de istawa justement parce littéralement استوى على العرش signifierait que Dieu s'est redressé sur son trône, ce qui est une affirmation difficilement compréhensible et qui nécessite donc une interprétation.

Je n'ai jamais lu ce genre de chose. As-tu les sources ? Redresser se dit قام.

Au contraire, les savants et linguistes parlent de "s'établir" (s'installer et diriger). والله أعلم

Filaosalpinias a écrit:
Dans l'arabe non-coranique, استوى على est un verbe assez courant qui peut s'utiliser pour parler de se mettre d'aplomb sur un siège, un cheval, ou se redresser tout simplement.

Il y a un problème là. Ce mot désigne le fait de s'installer sur une monture (i.e. pour la conduire). Je pense qu'il faut revoir le mot français redresser, être d'aplomb. Les traductions nous éloignent considérablement des mots sources. Allah le Très-Haut n'a jamais été tordu ni courbé, ça tombe sous le sens !

J'ai aussi fait une étude très pointue sur ce verbe, confirmant les définitions des savants, et confirmé linguistiquement (pour arriver au verbe coordonner). D'où mes remarques sur la traduction à faire ici : reprendre son sérieux (revenir à son état de Sultan/Dirigeant).

Filaosalpinias a écrit:

C'est un sujet passionnant, et qui concerne le domaine de la législation et la grammaire. Vois le sens :

Il y a peu de doute que ce soit exiger dans notre cas.

Ici c'est bel et bien le sultan qui pèse lui-même le mouchoir, il n'exige de personne d'autre qu'elle le fasse.

Effectivement, c'est lui qui a le mouchoir entre les mains.



Je ne sais pas. C'est la forme II du verbe : faire faire = donner une explication (faire expliquer).

Justement, n'est-il pas possible qu'il y ait faute de frappe ?

Voici ce que Zaïneb avait posté :

كاد السلطان يجن ، ماذا يحدث أيعقل هذا عشرة عشرة دنانير
C'est moi qui avait dû ajouter une voyellisation.

Filaosalpinias a écrit:

Pourquoi associer le pronom ها à l'homme et non au mouchoir ? Je comprends : parle, de ce mouchoir malsain, mais il manquerait une préposition (من ou عن).

Il n'y a pas de pronom 'ha' ici. أيُّها est une marque d'adresse similaire à يا et qui d'ailleurs l'accompagne.

Je pense que tu as raison quant à la traduction. C'est une marque de stupeur.

Ouvrons un sujet sur ce thème.


بسم اللّه الرحمـٰن الرحيم

يَا أَيُّهَا النَّاسُ اعْبُدُوا رَبَّكُمُ الَّذِي خَلَقَكُمْ وَالَّذِينَ مِن قَبْلِكُمْ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

Ô hommes ! Adorez votre Seigneur, qui vous a créés vous et ceux qui vous ont précédés. Ainsi atteindriez-vous à la piété.

[سورة البقرة 2.21]

يا : أدات نداء.
أيّ : منادى مبني على الضم في محل نصب.
ها : للتنبيه زائدة.
الناس : صفة - نعب لــ أيّ وقيل أن ها عوض عن الإضافة و يجوز أن تكون الناس بدلاً.

C'est un pronom comme nom du verbe ها mais se référant à une chose connue, générique.

Le sujet à développer : https://arabeclassique.forumactif.com/t6045-de-la-mise-en-garde#20190

Le nom du verbe : https://arabeclassique.forumactif.com/t5992-le-nom-du-verbe-nom-verbal

Filaosalpinias a écrit:
Il vaut mieux prendre connaissance de l'idée générale de la racine, et ensuite vérifier comment le dérivé dont tu veux connaître le sens est utilisé en contexte.

C'est ma spécialité, et 90% de mon temps. Quand tu auras le temps, je te dirigerai sur des articles postés, إن شاء الله.
Comment fonctionne une racine, et ce qu'elle rend ! C'est de la linguistique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

arabe - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 46 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité le Sam 4 Mai - 12:18

Salam alaykum

Pour être complet dans mes remarques, il ne me reste plus qu'à ajouter quelques ultimes éléments à prendre en compte pour comprendre les passages dont nous avons parlé, et que j'avais omis jusque là parce que je ne pensais pas qu'il serait nécessaire de les inclure.

Oui, j'ai cru un instant que العطشان était un nom d'action, et non un épithète (c'est ce point de grammaire qui est discutable)
Le nom d'action (pour dire "la soif, le fait d'avoir soif") du verbe 3atisha est 3atash العَطَش... honnêtement je ne vois pas de quoi on pourrait discuter.

Tu vois bien que مشاهد ne reflète pas à la vue de. Pas de préposition. Donc, il faut reformuler en français : constatant que = à la vue de... . Constater est plus proche sémantiquement, et à la vue de est une formule courante avec le même sens.
Sauf qu'on ne peut pas "constater un mouchoir". Je crois que tu te compliques la vie pour rien. Ca n'a rien à voir avec une préposition ou une absence de préposition. En outre il n'est pas juste de dire que constater est plus proche sémantiquement, car le constat implique une réflexion (on constate, donc on tire une conclusion sur ce qu'on observe) qui n'existe pas dans مشاهدة qui veut dire ni plus ni moins que regarder quelque chose avec attention (= observer).
Je t'invite encore une fois à vérifier comment on dit spectateur en arabe.

Concernant la structure de la phrase, je pensais que mon explication en couleurs était pourtant claire, j'ai du mal à voir ce qui te pose problème. Procédons donc mot à mot :
وفور
Et dès
مشاهدة
Le fait d'observer (qu'on ne peut raisonnablement traduire en français correcte que par "(à) la vue [de quelque chose]", car on ne constate pas un mouchoir. A la limite on pourrait observer un mouchoir, mais le "fawr" (dès) l'interdit puisque la particule exprime la rapidité d'enchaînement des événements, or observer sous-entend que le sultan aurait pris le temps de regarder longuement le mouchoir avant de se mettre à rire, donc observer ne convient pas)
السلطان
[par le] sultan (annexé à مشاهدة, c'est-à-dire que c'est le sultan qui réalise l'action exprimée par مشاهدة, c'est lui qui observe le mouchoir)
المنديل
du mouchoir (deuxième mot annexé à مشاهدة, c'est l'objet qu'observe le sultan)
شرع
Il se mit à
يضحك
Rire

Dans l'arabe non-coranique, استوى على est un verbe assez courant qui peut s'utiliser pour parler de se mettre d'aplomb sur un siège, un cheval, ou se redresser tout simplement.
Il y a un problème là. Ce mot désigne le fait de s'installer sur une monture (i.e. pour la conduire). Je pense qu'il faut revoir le mot français redresser, être d'aplomb.
Puisque tu n'es pas convaincu, alors je n'ai plus qu'à te renvoyer au contexte :

وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق كرسيّه الوثير ثمّ قال
à la vue du mouchoir, le sultan partit aussitôt dans un éclat de rire qui manqua de le faire tomber de son trône confortable, puis il dit
Donc il est déjà assis sur son trône tout le long de la scène. Ainsi:
لمس السّلطان جِدِّيَّةً كلام الفلاّح فاستوى في جلسته وقال
Le sultan, touché par la gravité du paysan, se redressa/se remit d'aplomb sur son trône (parce qu'il avait ri si fort qu'il avait failli en tomber).

Voilà, c'est on ne peut plus clair, je ne peux malheureusement apporter plus d'éclaircissements.

Je ne m'appesantirai pas sur les autres détails, pour ne pas alourdir ce fil. Je ne suis évidemment pas d'accord avec tes explications sur l'utilisation des racines, mais il serait infructueux d'entrer dans un tel débat. J'espère simplement avoir pu contribuer à la compréhension de ce conte.

Salam alaykum

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

arabe - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 46 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité le Sam 4 Mai - 12:40

Et j'oubliais : pour مشاهدة je t'invite à revoir les divers sens de la 3e forme verbale ; cela t'aidera à comprendre pourquoi il s'agit d'une action/d'un effort/d'observation plutôt qu'un simple constat.

Salam

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

arabe - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 46 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité le Sam 4 Mai - 13:24

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته


Merci pour tes autres remarques utiles, mais le sujet semble clos pour :


وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق : كرسيّه الوثير ثمّ قال
Dès que le sultan constata que le mouchoir était le contrat, il se mit à
rire au point qu'il faillit tomber de son trône, puis il dit :

Tu as exposé tes arguments, j'ai fait de même. On n'avance plus ici. Et de toutes façons, c'est du chipotage qui n'apporte rien.


لمس السّلطان جِدِّيَّةً كلام الفلاّح فاستوى في جلسته وقال
Le sultan fut touché par le sérieux des propos du paysan. Il regagna alors son trône et dit :

Ni redresser, et encore moins regagner ne reflètent correctement استوى, mais effectivement, il est question de se coordonner au siège, d'adaptation entre lui et le siège. Je ne vois pas mieux que redresser sur son siège.


Salam




Dernière édition par منصور le Sam 4 Mai - 16:30, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

arabe - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 46 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Invité le Sam 4 Mai - 14:34

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته


Le texte revu :

المنديل السحري
Le mouchoir magique

.كان يا مكان فلاَّح ميسور يعيش في حقله مع زوجته وأولاده الخمسة.
Il était une fois, un paysan vivant heureux avec sa femme et ses cinq enfants.

وذات موسم انحبس المطر‏
Quand vint la saison de la mousson, la pluie ne fut pas au rendez-vous.

فحزن الفلاَّح وكان قد بذر الحب ،فتوجَّه إلى حقله العطشان ناظراً إلى الغيم، منشدا
Ayant semé, le paysan, dépité, se dirigeait vers son champs assoiffé en regardant les nuages et en chantant :

تعال يا مطر تعالْ‏
كي تكبر البذورْ‏
ونقطفَ الغلالْ‏
تعال لتضحكَ الحقولْ‏
وننشدَ الموّالْ‏

.مضت الغيوم غير آبهة بنداء الفلاّح فزاد حزنه
Les nuages passèrent sans prêter attention à la supplique du paysan, augmentant son dépit.

.واعتكف في بيته مهموماً حزينا
Il se cloîtra chez lui, soucieux et abattu.

.اقتربت منه زوجته مواسية
Sa femme s’approcha de lui pour le consoler.

.صلِّ على النَّبي"
-"Bénédiction sur le prophète !

.دعيني يا أمّ العيال برضا الله عليك ولا تزيدي همّي
-Je t'en prie, Ô mère de nos enfants, qu'Allah soit satisfait de toi, n'augmente pas ma peine.

.طيّب ! إلى متى ستبقى جالساً هكذا تسند الحيطان ؟ قم اخرج اسعَ في مناكبها.
-Bien ! Jusqu'à quand resteras-tu assis à tenir les murs !? Il faut que tu sortes pour travailler de-ci de-là.

أسعى ألا ترين أنّ الأرض قد تشقّقت لكثرة العطش والحَبَّ الذي بذرته أكلته العصافير
-Je travaille ! Ne vois-tu pas que la terre a tellement soif qu'elle est toute craquelée ? Et les graines que j'avais semées, les oiseaux les ont dévorées !?

لكنّك إذا بقيت جالساً فسنموت جوعاً قم واقصد الكريم ، فبلاد الله واسعة لم يبقَ لدينا حفنة طحين
-Mais si tu restes assis sans rien faire, on va mourir de faim. Vas dignement ! Les contrées d’Allah sont vastes. Il ne nous reste même pas une poignée de farine".

اقتنع الرّجل بكلام زوجته
Le paysan fut convaincu par les paroles de sa femme.

.فحمل زاده وودّع أهله ثمّ مضى
Il prit des provisions, salua sa famille et partit.

كانت هذه الرّحلة هي الأولى لـه لذا كابد مشقات وأهوالاً فأحياناً يظهر لـه وحش فيهجم عليه بعصاه الغليظة ويطرحه أرضا وأحياناً يعترضه جبل عال فيصعده
Ce fut pour lui un premier voyage, raison pour laquelle il passa des moments difficiles et angoissant, un animal sauvage parfois apparaissant sur le chemin, et qu'il rouait de coups avec son gros bâton, le terrassant, et d'autres fois, une montagne se présentait à lui qu'il devait franchir.

وهكذا إلى أن وصل إلى قصر فخم تحيط به الأشجار وتعرّش على جدرانه الورود
Ainsi en fut-il, jusqu'à ce qu'il arrive devant un palais monumentale entouré d'arbres et aux murs ornés de fleurs.

وما إن اقترب الفلاَّح من باب القصر، حتّى صاح به الحارس
À peine le paysan s’approcha-t-il de la porte du palais, que le gardien se mit à crier :

هيه أنت، إلى أين‏ ؟
- "Eh toi ! Où vas-tu ?

أريد أن أجتمع بصاحب القصر
-"Je veux rencontrer le souverain du palais.

ماذا تريد أن تجتمع بالسلطان ؟
- Pourquoi veux-tu rencontrer le Sultan ?"

وسمع السلطان الجالس على الشرفة حوارهما
Le sultan, qui était assis au balcon, entendit tout l'échange.

فأشار للحارس أن يُدخل الرجل
Il fit alors un signe au garde pour qu'il laisse entrer l'homme.

وفور مثوله أمامه قال
Dès qu'il fut devant lui, il dit :

السَّلام على جناب السّلطان
- "Salut honorable Sultan.

وعليك السلام. ماذا تريد‏ ؟
- Et sur toi aussi le salut. Que veux-tu ?

أريد أن أعمل‏
- Je veux travailler.

وما هي مهنتك ؟
- Et quel est ton métier ?

فلاَّح. أفهم بالزراعة
- Paysan. Je maîtrise les travaux de ferme".

ثمّ سرد له قصّته
Puis il lui expliqua son histoire.

إيه .. طيّب. اسمع ما سأقوله أمّا العمل بالزراعة فهذا مالا أحتاجه عندي مزارعون. لكن إذا رغبت في تكسير الصخور فلا مانع الأرض مليئة بالصّخور وأنا أفكر باقتلاعها والاستفادة من مكانها
-"D’accord... Écoute bien ce que je vais de te dire. Pour le travail agricole, de cela je n’en ai pas besoin. J'ai déjà des paysans. Toutefois, si tu veux travailler comme tailleur de pierres, aucun souci. Le terrain est plein de rochers. Je pense à les faire retirer pour exploiter le terrain.

موافق‏
- D’accord.

إذاً اتفقنا على الأمر الأوّل بقي الأمر الثاني
- Dans ce cas, nous sommes d’accord pour cette première clause, voyons la seconde.

ما هي ؟
- Laquelle ?

الأجر أنا أدفع للعامل ديناراً ذهبياً كل أسبوع فهل يوافقك هذا المبلغ ؟
- Le salaire. Je donne aux ouvriers un dinar en or chaque semaine. Est-ce-que ce montant te va ?"

حكّ الفلاّح رأسه مفكراً قال
Le paysan se gratta la tête en réfléchissant et dit :

عندي اقتراح ما رأيك أن تزن لي هذا المنديل في نهاية الأسبوع وتعطيني وزنه ذهباً
- "J’ai une proposition. Que pensez-vous de me peser ce mouchoir à la fin de chaque semaine et de me donner son poids en or."

.وأخرج الفلاّح من جيبه منديلاً صغيراً مطرزاً بخيوط خضراء
Le paysan sortit de sa poche un petit mouchoir brodé de fils verts.

وفور مشاهدة السلطان المنديل شرع يضحك حتّى كاد ينقلب من فوق : كرسيّه الوثير ثمّ قال
À la vue du mouchoir, le sultan se mit à rire au point qu'il faillit tomber de son trône, puis il dit :

منـ... منديل ! يا لك من رجل أبله ! وكم سيبلغ وزن ؟ هذه الخرقة أكيد أنّ وزنها لن يتجاوز وزن قرش من الفضّة ! ها ها ها ! أحمق مؤكد ! أنك أحمق
-"Mou... Mouchoir ! Vraiment toi, tu as besoin de te faire soigner ! Et combien pèse ce torchon ? Je suis persuadé que son poids n'excède pas le poids d'un piastre d’argent ! HA ! HA ! HA ! Idiot complet ! Tu es stupide !"

بلع الفلاّح ريقه وقال
Le paysan ravala sa salive et dit :

يا سيّدي، ما دام الرّبح سيكون في صالحك فلا تمانع أنا موافق حتّى لو كان وزنه وزنَ نصف قرش‏
-"Monsieur, tant que le salaire vous va, alors pas de problème, cela me convient même s’il pèse la moitié d'un piastre".

لمس السّلطان جِدِّيَّةً كلام الفلاّح فاستوى في جلسته وقال
Le sultan fut touché par le sérieux des propos du paysan. Il se redressa alors sur son trône et dit :

توكَّلنا على الله، هاك المطرقة وتلك الصّخور شمّر عن زنديك وابدأ العمل وبعد أسبوع لكل حادث حديث‏
"Par le mandat que nous a confié Allah, voici le marteau et voici le terrain rocheux. Retrousse tes manches et commence à travailler. En fin de semaine, on verra tout ça".

أمسك الفلاّح الفأس بزندين فولاذيين
Le paysan empoigna le marteau.

مشى باتجاه الصّخور بخطا واثقة نظر إليها نظرة المتحدِّي
Il se dirigea vers les rochers d'un pas assuré et le regard déterminé à la vue du défi.

.ثمّ وببسالة الباشق هوى عليها بمطرقته فتفتّتت تحت تأثير ضرباته العنيفة متحوّلة إلى حجارة صغيرة
Ensuite, et avec hardiesse, il se mit à marteler violemment la roche qu'il réduisait en petits cailloux.

وكلّما نزَّل من جبينه عرق الجهد والتعب أخرج منديله الصّغير ومسحه.‏
Chaque fois que sueur de l'effort et fatigue perlait sur son front, il sortait son petit mouchoir et s'essuyait.

عَمِلَ الفلاّح بجدّ وإتقانٍ ، حتّى إنّه في تمام الأسبوع أتى على آخر صخرة، صحيح أنّ العرق تصبّب من جبينه كحبّات المطر، لكن ذلك لم يمنعه من المثابرة والعمل.
Le paysan travailla durement et obstinément, toute la semaine, jusqu'à ne plus trouver d'autres rochers à briser. Les gouttes coulèrent de son front comme la pluie, mais cela ne l’empêchait pas de travailler.

انقضى أسبوع العمل، وحان موعد الحساب.‏
La semaine de travail arriva à son terme, et vint le jour de paie.

"عافاك الله أيُّها الفلاّح لقد عملت بإخلاص، هاتِ منديلك كي أزنه لك"
"Qu'Allah te purifie ! Tu as travaillé sérieusement. Apporte-moi ton mouchoir pour le peser".

ناولـه الفلاّح منديله الرّطب وضعه في كفّة ووضع قرشاً فضيَّاً في الكفّة الأخرى
Le paysan lui donna son mouchoir trempé. Il le mit sur le plateau de la balance et plaça aussi un piastre sur l’autre plateau.

فرجحت كفّة المنديل أمسك السلطان عدّة قروش وأضافها، فبقيت كفّة المنديل راجحة‏
Le plateau du mouchoir était le plus lourd. Le sultan chercha à contrebalancer en ajoutant des piastres, mais le plateau du côté du mouchoir restait le plus lourd.

امتعض أزاح القروش الفضيّة ووضع ديناراً ذهبياً فبقيت النتيجة كما هي
Il se mit en colère, retira les piastres en argent et placa un dinar en or. Le résultat était le même.

احتار طلب من الحاجب منديلاً غمسه في الماء ووضعه مكان منديل الفلاّح فرجحت‏ كفّة الدّينار
Le sultan demeura perplexe. Il demanda au trésorier un mouchoir trempé et le posa sur le plateau où était le mouchoir du paysan. Là, la balance pencha vers le dinar.

زَفَرَ نظر إلى الفلاّح غاضباً قال‏
Le sultan poussa un soupir en regardant d'un air courroucé en direction du paysan et dit :

"أفّما سرّ منديلك ؟ أهو مسحور ؟ ظننت أن الميزان خَرب لكن وزنه لمنديل الماء صحيح"
"Quel est donc le secret de ton mouchoir ? Est-il magique ? J'ai pensé un instant que la balance était détraquée, mais le poids pour un mouchoir mouillé est normal".

ابتسم الفلاّح
Le paysan marqua un sourire.

وشرع السلطان يزن المنديل من جديد
Le sultan se remit à peser le mouchoir.

فوُضِعَ دينارين ذهبيين ثلاثة أربعة حتى وصل إلى العشرة
On plaça deux dinars en or, puis trois, puis quatre, jusqu'à atteindre les dix dinars.

حِينها توازنت الكفّتان
C’est alors que les deux plateaux de la balance s’équilibrèrent.

كادَ السلطان يُجِنُّ
Le sultan faillit devenir fou.

"ماذا يُحْدَثُ ؟ أيُعَقَّلُ هذا عشرة ؟ عشرة دنانير !؟"
-"Que se passe-t-il ? Qu'est-ce qui explique ces dix dinars ? Dix dinars ?!"

نهض محموما أمسك بياقة الفلاّح وقال‏
Et il se leva brusquement, saisit le paysan par le col, et dit :

"تُكَلِّمَ أيُّها المَعْتُوه ! اِعْتَرَفَ ! من سحر لك هذا المنديل"
-"Parle, espèce de fou ! Avoue ! Qui a ensorcelé ce mouchoir pour toi ?

وبهدوء شديد أجابه الفلاّح‏
Faisant montre d’un grand calme, le paysan lui répondit :

أَصْلَحَ الله مولاي السلطان. القصّة ليست قصّة سحر فأنا لا أؤمن به القصّة باِخْتِصَار هي أنّ الرّجل عندما يعمل عملاً شريفاً. يَهْدُفُ مِنْ وَرَائَهُ إِلَى اللُّقْمَةِ الطَّاهِرَةِ. ينزّ جبينه عرقاً. هذا العرق يكون ثقيلاً أثقل من الماء بكثير
-"Qu'Allah t'accorde la prospérité à sa Majesté le Sultan. Il n’y a pas de magie dans cette histoire, et je ne suis pas une personne à croire à ces choses-là. Cette histoire, pour faire court, c’est qu’un homme acquière de ce qu’il œuvre honorablement. Il vise en retour une juste rétribution. Son front dégouline de sueur. Cette sueur est lourde, beaucoup plus lourde que l’eau.

."سلّم الله فمك وبارك لك بمالك وجهدك وعرقك. تفضل خذ دنانيرك العشرة واقصد أهلك غانما
-Allah a rendu profitable tes propos et qu’Il bénisse ton argent, tes efforts et la sueur produite. Je t’en prie, prends tes dix dinars, va et retrouve ta famille devenue riche".

قصد الفلاّح أهله مسرورا وأخبرهم بما جرى
Le paysan revint heureux auprès des siens et il leur raconta tout ce qui s’était passé.

ففرحوا وهَلَّلَوا وتبدلت معيشتهم فنعموا ورفلوا‏ وتوتة توتة خلصت الحتوتة
Ils étaient heureux et manifestèrent leur joie et leur vie changea du tout au tout, et ils coulèrent des jours heureux.


C'est une traduction et ne peut que refléter le texte arabe.


Dernière édition par منصور le Sam 4 Mai - 16:26, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

arabe - Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories - Page 46 Empty Re: Traduction de contes pour enfants / ترجمة قصص لأطفال / Translation of children's stories

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 46 sur 48 Précédent  1 ... 24 ... 45, 46, 47, 48  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum