Apprendre les langues arabe et française
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz – i7-12650H – ...
999.99 €
Voir le deal

Portrait : Ibn Jinni / أبو الفتح

Aller en bas

Portrait : Ibn Jinni / أبو الفتح Empty Portrait : Ibn Jinni / أبو الفتح

Message par Admin Lun 26 Déc - 13:22

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

أبو الفتح عثمان بن جني الموصلي

هنا : أبو الفتح

Ibn Jinni est né Mosul A. H. 330 (A.D. 941) et mourut à Baghdad un vendredi, le 27 de Safar, A. H. 392 (Janvier, A. D. 1002).

Abu ’l-Fath Othman Ibn Jinni, né à Mosul, était un des grands maîtres de la linguistique. Il étudia la littérature auprès de Abu Ali ’l-Farisi, et lorsqu'il le quitta, il commença à enseigner à Mosul.
Son ancien maître passa un jours dans la ville et le vit entouré de jeunes élèves en pleine leçon, et dit " Vous êtes pourri avant même d'être mûrs".
Entendant ces mots, il abandonna la classe et devint un disciple assidu de Abu Ali jusquà atteindre une parfaite connaissance de la science.

Son père Jinni était un esclave Grec appartenant à Sulaiman ibn Fahd ibn Ahmad al-Azdi, né à Mosul, et dans cette optique, il y fait allusion dans ce passage de l'un de ses poèmes :

"Aurais-je fleuri de rien, mon étude aurait été un titre de noblesse. Mais je viens de princes puissants et nobles, Césars, dont la voix fait taire les menaces de l'adversité. Pour eux, le Prophète pria, et la prière d'un prophète est une gloire suffisante".

Il composa d'excellents poèmes. Sur lui, les lignes suivantes indiquent qu'il était borgne, et disent que c'était vraiment le cas, mais certains les attributs à Abu Mansur al-Dailami :

"Ta rigueur vis-à-vis de moi qui n'a commis aucune fautes dénote d'une mauvaise intension. Je jure par ta vie que je pleurerais jusqu'à ce que je m'inquiète pour mon unique œil. Cependant, s'il était que je ne devrais jamais te revoir, il n'y aurait aucun intérêt pour moi de préserver ma vue".


Ibn Jinni composa un grand nombre de travaux instructifs sur la science de la grammaire :


  • Kitab al-Khasa’is (sur les principes grammaticaux)
  • Sirr al-Sana`a (secret de l'art)
  • Munsif (impartial), tentative de comprendre le traité d'Abu Othman al-Mazini sur les déclinaisons et la conjugaison.
  • Talqin (instruction)
  • Ta`aqub (succession mutuelle)
  • Kafi (suffisant), commentaire sur le traité d'al-Akhfashsur la rime
  • Un ouvrage sur les genres
  • Un traité sur le terminaison des noms avec un alif court et long
  • Tamam (achèvement), commentaire sur les poèmes des Hudhailites
  • the Manhaj (highway), concernant les dérivés de ces noms propres qui apparaisse dans les Hamasa
  • Un traité concis sur la prosodie et un autre sur la rime
  • al-Masa’il al-Khatiriyat (questions rencontrées et suggérés)
  • al-Tazkira tal-Asbahaniyya (memorial d'Esfahan)
  • Des résumés de Tazkira d'Abu Ali ’l-Farisi’s, sélectionnés et mis en ordre
  • Muqtadib concernant les verbes concaves
  • Luma (éclats)
  • Tanbih
  • Muhaddab
  • Tabsira
  • etc.
Il est dit que le Sheikh Abu Ishaq as-Shirazi lui a emprunté les titres de son propre travail, car il composa également un Muhaddab et un Tanbih (mais en jurisprudence) et un Luma et un Tabsira sur les principes de la jurisprudence. Un autre ouvrage d'Ibn Jinni est le Fasr (décloisonnement), formant un commentaire sur le Diwan de al-Mutanabbi, travail qu'il a mené sous la direction de l'auteur. Dans ce commentaire, nous pouvons lire ce passage suivant :

Un jour une personne demanda à al-Mutanabbi pourquoi, dans son vers "Bada hawaka sabarta am lam tasbira" {souffre comme tu le peux, fermement ou avec impatience, tu ne peux cacher ton amour} il écrivit le mot tasbira avec un alif final, sans la présence de la particule lam de l'apocope(jazima), qui demande tasbir.
Alors à cela il répondit : "Ah si Abu ’l-Fath était là", me nommant, 'Ill t'aurait donné la raison. Le alif remplace ici le simple nun corroboratif (ex. : nun al-ta’kid al-khafifa). La forme originale du mot est tasbiran mais quand le nun est suivi par un arrêt net, un alif est mis en remplacement. C'est donc de cela qu'al-Aasha dit : "N'adore pas satan, adore Dieu" (la ta`budi ’s-Shaitana wa ’Ilaha fa`buda). Ici, la forme initiale du mot est "budan" mais l'arrêt qui suit (waqf) est amené par le alif pour remplacer le nun.”



Ibn Khallikan's Biographical Dictionary (2:191-193)
Wafayat al-A`yan (3:246-348)


Dernière édition par Admin le Lun 26 Déc - 22:25, édité 3 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 2568
Points : 5510
Date d'inscription : 17/07/2011

https://arabeclassique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum